20 juin 2016

Le Sud-Ouest de l'Amérique du Nord....

INDIENS PUEBLOS

La vie a ses aléas et je ne vous ai pas emmené en voyage depuis quelques jours.... Alors, aujourd'hui, je me rattrape et je vous propose de continuer notre histoire de perles dans le Sud-Ouest de l'Amrique du Nord....

INDIENS PUEBLOS 2

 

Cette zone arride couvre l'Arizona, le Nouveau-Mexique et les états limitrophes. Elle est limitée à l'Ouest par l'Océan Pacifique à l'Est par de hauts plateaux creusés de profonds canyons.

Santo Domingo dans l'Arizona,fut entièrement détruit par ses habitants en 1692 pour résister à la domination espagnole. La ville fut reconstruite quelques années plus tard et la population, s'efforçant de préserver le mode de vie qu'elle menait avant la conquête, reprit les techiques artisanales qu'elle pratiquait auparavant.

INDIENS PUEBLOS 3

 

De nombreux artisans Pueblos ont adopté des méthodes de travail modernes avec des outils électriques, mais un certain nombre d'entre eux travaillent encore comme leurs ancêtres d'autrefois les pierres et les matériaux.

Les techniques sont assez simples, mais demandent patience et habileté : les morceaux de turquoise sont meulés petit à petit avec du sable et de l'eau avant de forer l'orifice. Les pierres sont ensuites enfilées sur un fil métalique, puis polies toutes ensemble sur des pierres plates jusqu'à obtenir une enfilade de perles parfaitement semblables. Un dernier polissage à la peau de chamois leur donne du lustre.

INDIENS PUEBLOS 4

 

Les Pueblos et les Zunis fabriquent également des perles de coquillage. De nombreux groupes tribaux travaillent l'argent, tandis que d'autres utilisent des perles d'eau douce, des perles taillées dans des os d'oiseaux ou bien encore, par exemple, des graines.

On retrouve ces perles, mélangées ou non, dans des bijoux, sur les vêtements, pour orner la vannerie, un autre artisanat important de cette région, chaque tribu possédant sa propre technique....

 


03 mai 2016

Les perles des Philippines....

Perles des Philipppines

Comme chaque semaine, je continue à vous emmener en voyage^^.... Aujourd'hui, nous poursuivons notre voyage en quittant la Thaïlande pour aller à la rencontre des perles des Philippines....

 

 

Si à l'occasion des fêtes traditionnelles certains groupes ethniques portaient des costumes garnis de perles, l'industrie perlière ne s'est vraiment développée aux Philippines que dans les années 1970, en même temps que l'engouement pour les matières naturelles ; bois, coquillages, graines, pierres, argile... Elle s'est ensuite imposée dans le monde entier.

Perles des Philippines2

 

LES DIFFERENTES PERLES

 

LES PERLES DE BOIS

La variété des essences locales permet de produire des perles très diversifiées. Le bois est découpé en cubes percés, puis enfilés sur une tige métallique fichée dans un bâton pour les passer sur une meule afin de les arrondir. Pour obtenir des perles de formes identiques, il suffit de meuler plusieurs cubes en même temps. Les perles sont ensuite encaustiquées ou teintes, les plus grosses peintes à la main.

Perles des Philippines3

 

LES PERLES DE PIERRE

La méthode de fabrication est la même, mais la pierre doit constamment être arrosée pour éviter l'échauffement.

Perles des Philippines4

 

LES PERLES DE COQUILLAGE

Les coquillages sont découpés en bandes plaquées sur une base en bois, puis recouverts de résine époxy. la résine durcie est meulée pour laisser apparaître les marbrures de la nacre. Certains bois particulièrement veinés sont traités avec la même méthode. les plus gros coquillages, découpés en cercles à l'emporte-pièce, donnent des perles plates qu'il faut ensuite polir.

De-noix-de-coco-Spacer-perles-irrégulière-naturel-propos-4-cm-x-1-4-cm-15

 

LES PERLES DE NOIX DE COCO

Des disques découpés à l'emporte-pièce sont enfilés sur un fil de fer puis polis tous ensemble à la meule. Ils sont ensuite blanchis, teintés et encaustiqués.

18 janvier 2016

Les perles indiennes....

Perles hindou 2

Je vous invite à poursuive notre visite dans les histoires de perles et autres en partant aujourd'hui à la découverte des perles indiennes....

Perles hindou

 

Quelle que soit la classe sociale à laquelle ils appartiennent, les indiens ont toujours aimé se parer de bijoux et de perles. Ces dernières jouent un rôle essentiel dans la tenue vestimentaire; elles embellissent le costume, marquent le statut social et jouent le rôle d'amulettes. Certaines pierres sont chargées de vertus magiques ou curatives, et protègent de la maladie ou du mauvais sort.

Perlss hindou 3

 

Sur tout le vaste territoire indien, des artisans travaillent les matériaux les plus variés avec un outillage rudimentaire: noyau, graines, pépins, bois de santal, de basilic... Enfilés pour être plus facilement manipulés, ils sont tournés, sculptésenrichis d'incrustations ou de peintures. D'autres matières moins "rustiques", comme l'os et la corne, le grenat, l'améthyste, l'agate et la cornaline, sont ensuite gravés ou sculptés pour devenir des oeuvres d'une grande délicatesse.

La fabircation des perles de verre est également une activité traditionnelle remontant à plusieurs millénaires. Les artisans du centre de l'Inde travaillent la stéarite, matière tendre et facile à travailler, utilisée comme craie par les tailleurs.

Perles hindou 4

 

La vaste étendue du sous-continent indien permet d'y rencontrer une grande variété de matières et d'artisans: perles de métal avec incrustations de turquoise et de corail au Cachemire, perles de bois sculpté ou décoré autour de Vanarasi, l'ancienne Bénares, perles de verre le long du Gange, d'os sculpté autour de Delhi, d'ivoire à Jaipur, de céramique à Bombay, d'argent au Radjastan...

Perles hindou 5

11 janvier 2016

Les perles d'Afrique de l'Ouest....

Niger3

Aujourd'hui, j'ai envie de vous faire encore voyager avec une histoire de perles, même si celle-ci parle encore des perles de sang.... Après l'Afrique du Sud, j'ai envie de vous emmener découvrir l'histoire des perles de l'Afrique de l'Ouest....

nigeria 1

 

L'Afrique de l'Ouest possède une très ancienne tradition de l'artisanat des perles.... Dès l'arrivée des Portugais, les zones commerciales se déplacèrent de l'intérieur des terres vers les côtes où les Européens établissaient des comptoirs. Les produits transportés sur les navires, dont des perles, étaient échangés contre des esclaves, de l'or et de l'ivoire....

L'industrie, du verre prospéra au Nigeria dès le XIème siècle, qui produisait, et c'est encore le cas de nos jours, des perles en verre tourné. Des portraits anciens témoignent de l'ancienneté de la broderie de perles particulièrement celles en corail dotées de pouvoir divin.

Niger4

 

Les populations de ces régions attribuaient aux perles une valeur spirituelle et les considéraient comme un lien avec les forces suprêmes. Elles décoraient les vêtements et les objets des devins, prêtres et rois. Seuls les rois avaient le privilège de porter les couronnes ouvragées, ornées de perles qui symbolisaient leur charge et les reliaient aux chefs précédents. L'esprit du roi logeait dans sa tête qui devait toujours être couverte.

Chaque roi possédait des couronnes pour des circonstances particulières, dont la pointe renfermait toujours des herbes sensées le protéger, supportant des oiseaux en relief incarnant le pouvoir des femmes de donner la vie.

Niger5

 

Des ateliers spécialisés continuent de créer des vêtements de perles vendus dans tout le pays. Il est intéressant de noter que ce sont les seuls ateliers d'Afrique où les broderies de perles sont réalisées par des hommes....

04 septembre 2015

La broderie des perles en Europe

57067446

Travailler avec des perles ouvre un horizon immense quand on crée.... Ce n'est pas qu'une association de couleurs mais également de formes, de matières et d'imaginaire... Se demander si telle ou telle vision que l'on a d'un bijou dans son esprit rendra aussi bien quand il sera créé; et si telle perle ne serait pas mieux que telle autre.... Souvent je pense à toutes ces créations tant murales que vestimentaires ou joallières qu'il y a eu depuis la nuit des temps; à toutes ces mains qui ont fai naître de si belles choses au fil des siècles....

Pourtant, il y a une chose qui ne cesse pas de me fasciner avec les perles... Ce sont toutes ces petites mains qui ont fait apparaître tant de choses sublimes sous leurs doigts... Que ce soit des tapisseries, des vêtements, des coiffes, mêlant le fil, le tissu et les perles pour embellir à l'extrème ceux qui avaient la grande chance de les porter ou de les posséder.... Aujourd'hui, c'est cette histoire que je vais vous conter....

broderie-10

Depuis des siècles, on trouve des broderies de perles d'eau douce dans toute l'Europe, sur les vêtements, les objets domestiques ou les habits sacerdotaux.... La plupart de ces broderies étaient réalisées par des professionnels et les vêtements religieux dans les couvents qui possédaient traditionnellement leurs propres ateliers. Les perles de verre ont, peu à peu, complété ou remplacé les perles de nacre, d'or ou d'argent.

A partir du XIIème siècle, époque où il devint plus facile et moins onéreux de se les procurer, la broderie de perles de verre devint un passe temps à la mode, associé ou non à la broderie traditionnelle, et on en retrouve sur de nombreux objets : sachets, coffrets, vêtemets, encadrements... La technique, facile et peu coûteuse, explique en grande partie la vogue de cette broderie : les perles enfilées sur de très fines aiguilles étaient cousues une à une sur le tissu.

Puis, en raison des avancées techniques, les perles devinrent de plus en plus petites et leur utilisation en broderie devint alors de plus en plus difficile. Une aute technique se développa : la couchure. Les perles étaient enfilées sur un fil dont l'extrémité était enduite de cire pour la rigidifier, puis le fil garni était couché sur le tissu et cousu avec une aiguille et du fil par un point à cheval entre les perles.

DSCN3311

La fabrication industrielle des aiguilles se développant, il devint possible d'en trouver partout et elles devinrent suffisamment fines pour passer dans n'importe quelle perle. D'un abord rendu plus aisé, la broderie de perles fut enseignée aux jeunes filles de bonne famille au même titre que la broderie traditionnelle.

Vers la fin du XVIIIème siècle, le tricot perlé, aux aiguilles ou au crochet, devint un passe-temps populaire, notamment en Europe Centrale : des petites perles sont enfilées sur le fil à tricoter avant de commencer, dans un ordre précis, puis glissées dans le tricot au fur et à mesure de l'avancement. Les perles peuvent aussi bien recouvrir entièrement la surface du tricot que déssiner uniquement un motif placé.

A la fin du XVIIIème siècle, des ateliers de broderie de perles pour la Cour furent fondées à Paris, ateliers dans lesquels la broderie au crochet se développa peu à peu pour être pleinement exploitée par Louis Ferry de Lunéville. Les perles sont d'abord enfilées sur le fil de travail, puis, avec le crochet tenu en dessous du tissu tendu sur un tambour à broder, l'artisan brode une chainette en glissant les perles en place au fur et à mesure. Cette technique rapide et parfaitement maîtrisée permet de rendre les objets brodés de perles plus abordables. De nombreux ateliers, plus ou moins clandestins se développèrent pour confectionner tous les articles brodés qui approvisionnaient les grandes maisons de couture tant à Paris qu'en Europe. Paris était, et reste le centre le plus important de la mode et de la broderie. la maison Lesage, propriété de la famille depuis 1924, continue à fabriquer des broderies de perles pour les plus grands créateurs, assurant ainsi la conservation et le transfert de ces techniques.

Bien que des machines produisent des broderies de perles pour la mode, rien ne vaut la qualité du travail fait main. Les vêtements de perles, tombés en désuétudes, sauf pour le soir et la haute couture, font leur retour depuis que la broderie et le travail des perles sont devenues un passe-temps....

elephant-blanc-spring-summer-58