27 mars 2017

La turquoise....

TURQUOISE

Nous sommes déjà lundi et je vous propose, comme chaque semaine, de faire vos bagages et de partir à nouveau à la découverte d'une nouvelle histoire de perles et autres.... Cette-fois ci, nous partons à la découverte de l'une des pierres les plus mytiques qui soit de par le monde : la pierre turquoise....

TURQUOISE2

 

Son histoire remonte presque à la nuit des temps.... On a découvert sur la momie de la Reine Zar, première dynastie égyptienne en 5 500 avant Jésus-Christ, un bracelet composé de turquoises. D'ailleurs, toutes les cultures antiques appréciaient cette pierre, que ce les Astèques, les Perses, les Amériendiens, les Chinois ou les Mésopotamiens... Tous y accordaient certains pouvoirs magiques comme la fortune, la victoire, la chance, la joie eintérieure, l'inspiration de la pensée positive et seraient également efficaces contre certaines maladies comme les douleurs articulaires, l'arthrite, les problèmes d'estomac, l'asthme, les maux de tête, etc....

TURQUOISE3

 

L'Egypte la produisait de la péninsule du Sinaï et l'associait à Hator, déesse de l'amour, de la beauté, de la joie, de la musique et de la maternité. Tirant beaucoup sur les tons de vert, on peut l'admirer notamment sur le masque de Toutenkhamon. En Perse, elle était de couleur bleue virant sur le vert une fois qu'elle avait été chauffée. On la portait en bijou comme collier ou bracelet comme protection contre la mort naturelle ; en effet, on pensait que son changement de couleur signifiait l'approche d'un danger imminent. Dans les palais, elle était utilisée pour symboliser le ciel et la terre dans les coupoles. Les Turcs amenaient le turquoise avec eux en Europe, ils pensaient que cette pierre protégeait leurs chevaux des chutes. Quant au continent Américain, les Aztèques l'utilisaient pour la fabrication de nombreux objets cérémoniaux, sous forme de mozaïque, mélangé avec de l'or, du quartz, de la malchite, du corail... On retrouve du turquoise sur des couteaux, des boucliers... Les indiens Pueblos en faisaient des amulettes alors que les autres nations comme les Apaches et les Navajos ne la travaillent qu'après 1880, sous l'influence des Européens ; ils l'associent à la déesse des saisons, Estsanatlehi... Les Apaches pensaient que si un homme portait une turquoise à son arc ou à son fusil, il ne raterait jamais sa cible. Les Sioux Lakotas l'associaient à la déesse de la paix. Ils la travaillaient souvent en la mêlant à de l'argent... En Europe, elle devient à la mode dans les années 1800 suites aux campagnes de fouilles archéologiques en Egypte et la découverte du masque de Toutenkhamon, créant ainsi tout un style néo-égyptien que ce soit dans les bijoux ou l'architecture. On la connaissait déjà du temps des croisades avec les Turcs, d'où son nom "pierre Turque"....

TURQUOISE4

 

La turquoise est une pierre minérale opaque, sa couleur va du bleu au vert suivant si elle contient du fer et du chrome (tons verts) ou de l'aluiminuim (tons bleus). Elle est souvent veinée ou avec des taches allant du brun au gris en passant par le noir que l'on appelle "turquoise matrix" ou "spider". Les gisements se trouvent en Iran, Israël, Turquie, Tanzannie, Mexique et Chine. Toutefois, victime de son succès, en 1972 Pierre Gilson présente une turquoise synthétique reconnaissable seulement par ses liants chimiques. Les techniques actuelles sont celles de la porcelaine ou de plastique ; la pâte polymère est également utilisée pour imiter cette pierre. L'imitation la plus courante est l'utilisation de la pierre Howlite, très similaire physiquement et teinte. D'autres minéraux sont utilisés comme la calcédoine, le jaspe, le marbre, la variscite et la faustite tout en étant moins proche de la réalité.

TURQUOISE5

 

La turquoise est victime de son succès et les contrefaçons sont parfois très difficiles à reconnaître, même pour les experts....


07 juin 2016

Les Indiens des grandes plaines....

INDIENS DES GRANDES PLAINES

Nous revoici en route vers un nouveau voyage dans le monde des histoires de perles.... Aujourd'hui, je vous propose de découvrir celle des indiens des hautes plaines....

INDIEN DES GRANDES PLAINES2

 

De nombreux éléments, tel l'utilisation du cuir et du daim, les motifs brodés de perles ou peints, les harnachements des chevaux ornés de perles et garnis de plumes sont caractéristiques des Indiens des grandes plaines. Pendant des siècles, les tribus ornèrent les peaux de piquants de porcs-épics. Ils se présentent comme des tyaux d'environ treize centimètres de long et de deux milimètres de diamètre et étaient teints avec des colorants naturels.

Dans certaines tribus, le travail des piquants étaient très réglementé et seules des femmes initiées avaient le droit de réaliser certains motifs sacrés. Ce travail long et difficile fut peu à peu supplant par la broderie de perles.

INDIENS DES GRANDES PLAINES3

 

Les premières perles furent apportées par les explorateurs espagnols. Il s'agissait de grosses perles, généralement bleues, qui servaient surtout pour orner les ouvrages en piquants de porcs-"pics. Au milieu du XIXème siècle, les semences commencèrent à arriver en Amérique du Nord, en assortiment de couleurs vives. Les motifs utilisés avec les piquants furent adaptés aux perles et à la broderie de perles devint une forme d'art caractéristique des Indiens des palines qui mirent au point différentes techniques leur permettant de recouvrir de grandes surfaces.

Les Sioux, notamment, devinrent experts dans ce travail, utilisant des motifs géométriques; les Crows, eux, brodaient des motifs plus grands soulignés de blanc, tandis que les Crees tissaient de longues bandelettes qu'ils cousaient sur leurs vêtements....