02 août 2016

Les perles du Pérou....

BIJOUX PERUVIENS

Après une longue absence durant le mois de juillet, je vous propose de refaire vos valise et de me suivre à nouveau dans la grande histoire des perles et autres.... Aujourd'ui, nous poserons nos valises au Pérou....

BIJOUX PRECOLOMBIENS 2

 

Le Pérou est le berceau des grandes civilisations précolombiennes. Celles-ci ont laissé de nombreux objets derrières elles, notamment la civilisation Chavin (1250 à 300 avant notre ère) dont les tombes renfermaient des perles d'or martelé, de splendides parures mélangeant perles d'or, d'argent, de cuivre, de turquoise, de jaspe, de lapis-lazuli, de cornaline et de coquilles taillées, révélant ainsi des techniques trés perfectionnées.

L'abondance des minéraux et des pierres semi-précieuses sur le territoire péruvien avait rendu possible depuis l'Antiquité le développement d'un travail créatif à partir des métaux. Ces techniques, encore employées de nos jours par des artisans en bijoux, sont entre autre, l'alliage, la soudure, le laminage, la ciselure, le filigrane ou les implications. Le filigrane est une technique qui conciste à amincir l'or au maximum afin de pouvoir s'en servir comme d'un fil et donner forme à de très beaux bijoux. Les plus travaillés sont les boucles d'oreilles ou les colliers.

BIJOUX PRECOLOMBIENS3

 

Le travail de l'argent tient également une grande place : bijoux très variés en forme d'animauxde la basse-cour, de chevaux ou d'étoiles , épingles pour tenir les châles des Indiennes des Andes, colliers travaillés avec de l'onyx, de l'obsidienne, pendants d'oreilles avec des opales... 

La grande diversité des pierres semi-précieuses permet aux artisans de confectionner colliers, pendants d'oreilles, anneaux et bracelets. La turquoise péruvienne, l'onyx, l'obsidienne et l'opale sont parmi les plus belles.

BIJOUX PRECOLOMBIENS4

 

Les conditions climatiques exceptionnelles des sommets andins ont favorisé la bonne conservation des vestiges colombiens fabriqués dans divers matériaux : bois, plumes, os, coquilles, graines.... Il subsiste néanmoins peu d'objets en or, les conquistadors les ayant fait fondre afin d'en récupérer le métal. En revanche, les céramiques, la vaisselle et les perles de terre cuite les intéressant beaucoup moins, ces objets sont arrivés plus facilement jusqu'à nous.

L'art de la perle de céramique c'est perpétué sur une grande partie du territoire péruvien. Très appréciée des Euroéens et des Nords-Américains, une grande partie de la production est exportée. Les décors de ces perles reprennent les motifs traditionnels : cactus, lamas, oiseaux mythiques,  géométriques...., soit dans des coloris très vifs, soit dans des coloris ocrés.

BIJOUX PRECOLOMBIENS5

 

A côté des grands ateliers qui utilisent des fours électriques subsiste encore de nos jours tout un artisanat familial : l'argile, extraite de la vallée est purifiée, puis roulée autour d'une aiguille avant d'être étirée en long tubes fins qui sont ensuite découpés à la main en petits cylindres. Ces derniers sont cuits dans des foyers ouverts, puis, une fois refroidis, ils sont peint avant d'être couvert d'une glaçure puis recuits.

Ces perles très simples se mélangent parfaitement et s'associent avec bonheur aux perles d'argent, aux matières naturelles comme le cuir, les plumes ou les graines pour donner des parures flamboyantes...


20 juin 2016

Le Sud-Ouest de l'Amérique du Nord....

INDIENS PUEBLOS

La vie a ses aléas et je ne vous ai pas emmené en voyage depuis quelques jours.... Alors, aujourd'hui, je me rattrape et je vous propose de continuer notre histoire de perles dans le Sud-Ouest de l'Amrique du Nord....

INDIENS PUEBLOS 2

 

Cette zone arride couvre l'Arizona, le Nouveau-Mexique et les états limitrophes. Elle est limitée à l'Ouest par l'Océan Pacifique à l'Est par de hauts plateaux creusés de profonds canyons.

Santo Domingo dans l'Arizona,fut entièrement détruit par ses habitants en 1692 pour résister à la domination espagnole. La ville fut reconstruite quelques années plus tard et la population, s'efforçant de préserver le mode de vie qu'elle menait avant la conquête, reprit les techiques artisanales qu'elle pratiquait auparavant.

INDIENS PUEBLOS 3

 

De nombreux artisans Pueblos ont adopté des méthodes de travail modernes avec des outils électriques, mais un certain nombre d'entre eux travaillent encore comme leurs ancêtres d'autrefois les pierres et les matériaux.

Les techniques sont assez simples, mais demandent patience et habileté : les morceaux de turquoise sont meulés petit à petit avec du sable et de l'eau avant de forer l'orifice. Les pierres sont ensuites enfilées sur un fil métalique, puis polies toutes ensemble sur des pierres plates jusqu'à obtenir une enfilade de perles parfaitement semblables. Un dernier polissage à la peau de chamois leur donne du lustre.

INDIENS PUEBLOS 4

 

Les Pueblos et les Zunis fabriquent également des perles de coquillage. De nombreux groupes tribaux travaillent l'argent, tandis que d'autres utilisent des perles d'eau douce, des perles taillées dans des os d'oiseaux ou bien encore, par exemple, des graines.

On retrouve ces perles, mélangées ou non, dans des bijoux, sur les vêtements, pour orner la vannerie, un autre artisanat important de cette région, chaque tribu possédant sa propre technique....

 

07 juin 2016

Les Indiens des grandes plaines....

INDIENS DES GRANDES PLAINES

Nous revoici en route vers un nouveau voyage dans le monde des histoires de perles.... Aujourd'hui, je vous propose de découvrir celle des indiens des hautes plaines....

INDIEN DES GRANDES PLAINES2

 

De nombreux éléments, tel l'utilisation du cuir et du daim, les motifs brodés de perles ou peints, les harnachements des chevaux ornés de perles et garnis de plumes sont caractéristiques des Indiens des grandes plaines. Pendant des siècles, les tribus ornèrent les peaux de piquants de porcs-épics. Ils se présentent comme des tyaux d'environ treize centimètres de long et de deux milimètres de diamètre et étaient teints avec des colorants naturels.

Dans certaines tribus, le travail des piquants étaient très réglementé et seules des femmes initiées avaient le droit de réaliser certains motifs sacrés. Ce travail long et difficile fut peu à peu supplant par la broderie de perles.

INDIENS DES GRANDES PLAINES3

 

Les premières perles furent apportées par les explorateurs espagnols. Il s'agissait de grosses perles, généralement bleues, qui servaient surtout pour orner les ouvrages en piquants de porcs-"pics. Au milieu du XIXème siècle, les semences commencèrent à arriver en Amérique du Nord, en assortiment de couleurs vives. Les motifs utilisés avec les piquants furent adaptés aux perles et à la broderie de perles devint une forme d'art caractéristique des Indiens des palines qui mirent au point différentes techniques leur permettant de recouvrir de grandes surfaces.

Les Sioux, notamment, devinrent experts dans ce travail, utilisant des motifs géométriques; les Crows, eux, brodaient des motifs plus grands soulignés de blanc, tandis que les Crees tissaient de longues bandelettes qu'ils cousaient sur leurs vêtements....

30 mai 2016

Les Indiens de l'Arctique....

Inuits

Et oui, nous sommes lundi aujourd'hui et, comme chaque semaine, je vous propose de me suivre en voyage^^.... Aujourd'hui nous allons découvrir l'histoire des perles chez les Indiens de l'Antartique....

Inuits2

 

Le sol de l'Antartique étant en permanence gelé, la terre n'est en conséquence pas très propice à l'agriculture et les seuls moyens de se nourrir résident dans la chasse des mammifères terrestres et marins ainsi que dans la pêche.

Toutes les populations de ces contrées possédaient donc ainsi la matière première pour tailler des perles dont ils garnissaient leurs vêtements : perles d'os et perles d'ivoire cousues sur les vêtements de peau ou de fourrure qu'ils superposaient. Jadis, les vêtements étaient confectionnés à partir des matériaux fournis par la faune : caribou, phoque, loup, renard arctique, ours polaire.... La fourrure de lièvre arctique servait à réaliser les bordures des vêtements des enfants.

Inuits3

 

La faune marine et terrestre, très abondante autour du détroit de Béring, à provoqué l'installation de populations dans ces régions. Les marchands de fourrure, venus de Russie, apportèrent des perles de verre chinoises et européennes en Alaska pour les troquer contre des peaux, perles qui furent très rapidement incorporées aux motifs traditionnels.

Les vêtements qu'endossent les habitants pour se protéger du froid sont aussi un bon moyen pour reconnaitre le sexe et le lieu de naissance de la personne qui les porte : la parka féminine avait une poche dans le dos pour transporter le bébé, avec sur le devant une incrustaion de fourrure symbolisant l'utérus.

Inuits4

 

Les femmes accrochaient des amulettes dans leur parka en guise de protection. Après que les missionnaires eurent condamnés les tatouages, les femmes en reproduisirent les motifs sur leur parka avec des perles de toutes sortes...

23 mai 2016

Les indiens d'Amérique du Nord....

Perles amérique du nord

Pour notre petit voyage continuons en Amérique, mais montons vers le Nord afin de dcouvrir une nouvelle histoire de perles....

perle amérique du nord 2

 

Les indiens d'Amérique du Nord ont su exploiter toutes les ressources dont ils disposaient pour réaliser des perles : coquillages (nacre, ormeaux, olives...), perles d'eau douce, turquoise, argent....

L'or et l'argent furent pillés par les Européens en échange de perles de verre venant d'abord de Venise puis de Bohème. Les indiens ont rapidement intégrés ces perles à tous les objets qu'ils fabriquaient : sacoches,mocassins, vêtements, bonnets ou coiffes, les mélangeants aux perles traditionnelles qu'ils produisaient. Les Wampums (perles de coquillage) blanc étaient réservés aux messages bienveillants, tandis que les pourpres marquaient l'hostilité. Elles servirent de monnaie d'échange et furent alors produites en grandes quantités. Tissés en ceinture ou en pièces d'ornement, ces coquillages, d'abord utilisés dans le nord-est, gagnèrent peu à peu tout le territoire nord-américain.

perles amérique du nord 3

 

Au XIXème siècle, la vie traditionnelle des Indiens connut un rapide déclin. Obligés de vivre dans des réserves, sans réelle occupation, ils développèrent le travail des perles qui devint un moyen de se valoriser au sein de la tribu. Toutes les activités artisanales furent conservées dans le but de conserver et d'affirmer leur identité.

Les Indiens d'Amérique du Nord, réputés pour leurs bijoux d'argent et de turquoise, le sont aussi pour al façon dont ils taillent les pierres en forme de petits animaux appelés fétiches, chacun ayant une signification : la tortue représente ainsi la terre, et la grenouille l'eau....

perles amérique du nord 4

18 avril 2016

Les perles d'argent Balinaises....

Perles balinaises5

Après avoir découvert les perles d'eau douce,  je vous emmène découvrir la superbe histoire des perles d'argent Balinaises....

Perles Balinaises2

 

Tout en utilisant des techniques traditionnelles que l'on retrouve dans différentes parties du monde, les artisans balinais ont su développer un style qui leur est propre. Leur savoir-faire leur a été enseigné par les Indiens, qui leur ont dans un premier temps transmis leurs cultes. Hindouisme et Islam se sont ainsi répandus dans tout le sud-est asiatique. Petit à petit, l'islam a gagné du terrain et seul Bali reste essentiellement hindouiste. L'influence de l'Inde se retrouve particulièrement dans la danse et la joaillerie.

Perles balinaises3

 

Les techniques utilisées sont le martelage, le repoussé, la gravure et l'ajourage, l'incrustation, comme dans la plupart des pays qui travaillent l'argent. Mais les artisans de Bali se sont spécialisé dans la granulation.
La plus grande partie de l'argent utilisé est extrait dans différentes régions d'Indonésie. Il est fondu, mélangé à du cuivre, puis versé dans des moules en acier en forme de barres. Ces dernières, refroidies, sont martelées afin de les lisser, puis transformer ent bandes, en perles et en fils d'argent.

Certaines barres sont introduites dans des presses à rouleau pour devenir des bandes de plus en plus fines. D'autres sont introduites dans des presses munies de cannelures de plus en plus fines pour devenir des fils de plus en plus minces. Enfin, certains fils sont introduits dans des machines qui les coupent en tronçons de très petites tailles qui sont ensuite réchauffés un par un à basse température dans des récipients de céramiques jusuq'à ce qu'ils se transforment en billes minuscules.

Perles balinaises4

 

La première étape de la fabrication des perles d'argent balinaises consite à emboutir les plaques d'argent pour y découper des disques qui seront façonnés en demi-sphère dans des moules en laiton :le disque posé sur le moule creu est martel avec un emboutjusqu'à en épouser les contours. Chaque perle nécessite deux demi-sphères. Les trois éléments indispensables étant maintenant disponbles, il ne reste plus qu'à les assembler : le fil est coupé en petits morceaux, qui sont ensuite pliés selon la forme désirée, puis appliqués sur la demi-perle avec une colle repositionnable qui permet de corriger d'éventuelles erreurs.

Les motifs dessinés par les fils sont comblés par les petites billes. Certaines parties peuvent également être ajourées par poinçonnage. Tout le décor est fixé, puis les deux demi-sphères sont soudées pour faire une perle ronde. Enfin le trou est percé de part en part. Une fois les perles assemblées, elles sont nettoyées et polies ou noircies et oxydées pour avoir un aspect patiné.

Perles Balinaises

 

En utilisant les mêmes méthodes, il est également possible de produire des perles ovales, coniques, demi-rondes et toutes sortes d'apprêts permettant l'assemblage des bijoux.

De nombreux fabricants proposent la visite de leurs ateliers en expliquant tous les détails et toutes les étapes de la fabrication. Ils proposent aussi un vaste choix non seulement de bijoux typiquement Balinais, mais aussi de tous styles, ainsi que des perles au détail pour créer ses propres bijoux, le tout vendu au poids....