24 septembre 2015

Les perles de verre à facettes...

pfc0277

Il existe de nombreuses perles différentes pour faire les créations et ce n'est pas évident de s'y retrouver... Souvent les gens en connaisent deux ou trois et je dois avouer qu'à mes débuts, je n'en savais pas beaucoup plus que vous^^... Et oui^^, j'ai été débutante aussi^^.... Et comme le dit si bien Gabin dans sa chanson, plus le temps passe et plus je sais que je ne sais pas^^.... La plupart des perles de verre à facettes sont aujourd'hui produites, pour l'Europe, en Autriche et en République Tchèque. Elles sont taillées à la main, à la machine ou polies par le feu.

 

149763_1YATVM61SQI1XUP25NIKE4MUTYRCT5_swarovski_H131657_L

Les perles de Swarowski sont les plus célèbres. Daniel Swarowski est le précurseur de la production en masse de perles et pierres à facettes. Né en Bohême, où il étudie l'art de tailler les pierres, il invente en 1883 la première machine à tailler automatiquement les pierres précieuses et le cristal. Il définit des formes standardisées très précises et des règles de taille qui permettent d'obtenir une perfection optique, une profondeur maximale et une clarté jusqu'alors inégalées. La Compagnie Swarowski crée et produit des objets en verre pour la joaillerie depuis lus d'un siècle et exerce un contrôle strict de la production. Ce sont les perles les plus chères.

 

Boheme

Les perles de Bohême ont une fabrication qui remonte à plus de 300 ans. Elles sont de bonnes qualité, taillées à la machine et moins chère que les perles de Swarowski. Synonymes de qualité et d'originalité, elles offrent un bon rapport qualité prix.

 

$_35

Les perles polies par le feu, quant à elles, proviennent de la taille la moins coûteuse. Les perles pressées et remuées dans un container chauffé, ce qui produit les facettes. Les arêtes n'étant pas aussi nettes ni les facettes aussi lisses, elles renvoient donc moins bien la lumière, mais leurs prix est bien plus abordables. Elles sont principalement produites en République Tchèque.

 


14 septembre 2015

Les perles en Europe Orientale

youth in costumes PS 2_9Vous commencez à me connaître maintenant^^, vous savez ma passion pour tout ce qui touche les perles, les pierres précieuses, l'histoire de tout ces matériaux que j'utilise ou que j'admire pour la création de mes bijoux... Aujourd'hui, c'est l'histoire des perles en Europe Orientale que je vais vous conter...

 

Au cours des sièces, la culture des pays d'Europe Orientale a subi de nombreuses influences, aussi bien politiques avec les invasions ottomanes, de l'Empire Austro-Hongrois, de l'Union Soviétique, que commerciales en raison de leur situation géographique qui en faisait le passage obligé des échanges entre Europe et Asie. Cela explique sans doute en partie la longue survivance des costumes traditionnels, portés surtout dans la classe paysanne, de loin la plus importante, qui constitue un des rares éléments stables de l'histoire de ces régions.

 

costume polonaisEn Pologne, Roumanie, Hongrie, les semences de perles étaient brodés en motifs floraux mêlés de motifs géométriques très colorés, soit à points comptés, comme pour le point de croix par ailleurs largement utilisé pour orné les costumes, soit cousues sur du velours, plusieurs perles enfilées en une seule fois sur un long fil et fixées par des points à cheval, dissimulés entre les perles. Sur un même ouvrage, ces broderies de perles pouvaient être complétées de broderies au point de croix, de sequins, etc....

 

costume hongroisLe motif à broder était souvent dessiné sur le velours à l'aide d'une pâte faite de farine et d'eau, facile à faire disparaître une fois la broderie achevée. Les ceintures pour hommes, en velours ou en cuir, étaient également couvertes de perles. Alors que les tenues féminines ont toujours été enrichies de multiples broderies, celle des hommes sont restées plus sobres. les broderies se limitant au gousset de montre, à la ceinture et au ruban de chapeau. Ces activités artisanales, découragées pendant l'ère communiste, connaissent à présent un nouvel essor....

costume roumain

04 septembre 2015

La broderie des perles en Europe

57067446

Travailler avec des perles ouvre un horizon immense quand on crée.... Ce n'est pas qu'une association de couleurs mais également de formes, de matières et d'imaginaire... Se demander si telle ou telle vision que l'on a d'un bijou dans son esprit rendra aussi bien quand il sera créé; et si telle perle ne serait pas mieux que telle autre.... Souvent je pense à toutes ces créations tant murales que vestimentaires ou joallières qu'il y a eu depuis la nuit des temps; à toutes ces mains qui ont fai naître de si belles choses au fil des siècles....

Pourtant, il y a une chose qui ne cesse pas de me fasciner avec les perles... Ce sont toutes ces petites mains qui ont fait apparaître tant de choses sublimes sous leurs doigts... Que ce soit des tapisseries, des vêtements, des coiffes, mêlant le fil, le tissu et les perles pour embellir à l'extrème ceux qui avaient la grande chance de les porter ou de les posséder.... Aujourd'hui, c'est cette histoire que je vais vous conter....

broderie-10

Depuis des siècles, on trouve des broderies de perles d'eau douce dans toute l'Europe, sur les vêtements, les objets domestiques ou les habits sacerdotaux.... La plupart de ces broderies étaient réalisées par des professionnels et les vêtements religieux dans les couvents qui possédaient traditionnellement leurs propres ateliers. Les perles de verre ont, peu à peu, complété ou remplacé les perles de nacre, d'or ou d'argent.

A partir du XIIème siècle, époque où il devint plus facile et moins onéreux de se les procurer, la broderie de perles de verre devint un passe temps à la mode, associé ou non à la broderie traditionnelle, et on en retrouve sur de nombreux objets : sachets, coffrets, vêtemets, encadrements... La technique, facile et peu coûteuse, explique en grande partie la vogue de cette broderie : les perles enfilées sur de très fines aiguilles étaient cousues une à une sur le tissu.

Puis, en raison des avancées techniques, les perles devinrent de plus en plus petites et leur utilisation en broderie devint alors de plus en plus difficile. Une aute technique se développa : la couchure. Les perles étaient enfilées sur un fil dont l'extrémité était enduite de cire pour la rigidifier, puis le fil garni était couché sur le tissu et cousu avec une aiguille et du fil par un point à cheval entre les perles.

DSCN3311

La fabrication industrielle des aiguilles se développant, il devint possible d'en trouver partout et elles devinrent suffisamment fines pour passer dans n'importe quelle perle. D'un abord rendu plus aisé, la broderie de perles fut enseignée aux jeunes filles de bonne famille au même titre que la broderie traditionnelle.

Vers la fin du XVIIIème siècle, le tricot perlé, aux aiguilles ou au crochet, devint un passe-temps populaire, notamment en Europe Centrale : des petites perles sont enfilées sur le fil à tricoter avant de commencer, dans un ordre précis, puis glissées dans le tricot au fur et à mesure de l'avancement. Les perles peuvent aussi bien recouvrir entièrement la surface du tricot que déssiner uniquement un motif placé.

A la fin du XVIIIème siècle, des ateliers de broderie de perles pour la Cour furent fondées à Paris, ateliers dans lesquels la broderie au crochet se développa peu à peu pour être pleinement exploitée par Louis Ferry de Lunéville. Les perles sont d'abord enfilées sur le fil de travail, puis, avec le crochet tenu en dessous du tissu tendu sur un tambour à broder, l'artisan brode une chainette en glissant les perles en place au fur et à mesure. Cette technique rapide et parfaitement maîtrisée permet de rendre les objets brodés de perles plus abordables. De nombreux ateliers, plus ou moins clandestins se développèrent pour confectionner tous les articles brodés qui approvisionnaient les grandes maisons de couture tant à Paris qu'en Europe. Paris était, et reste le centre le plus important de la mode et de la broderie. la maison Lesage, propriété de la famille depuis 1924, continue à fabriquer des broderies de perles pour les plus grands créateurs, assurant ainsi la conservation et le transfert de ces techniques.

Bien que des machines produisent des broderies de perles pour la mode, rien ne vaut la qualité du travail fait main. Les vêtements de perles, tombés en désuétudes, sauf pour le soir et la haute couture, font leur retour depuis que la broderie et le travail des perles sont devenues un passe-temps....

elephant-blanc-spring-summer-58