COCO CHANEL

Comme chaque lundi, je vous propose de prendre vos valises et de voyager dans le temps^^.... Nousne remonterons pas aussiloin dans le temps que nous en avons l'habitude mais je vous propose de découvrir les bijoux précieux et moins connus de Mademoiselle...

COCO CHANEL2

 

Entre le 7 et le 19 novembre 1932, Paris est en émoi. Dans les salons privés de Mademoiselle, 29 rue du faubourg Saint-Honoré, une exposition de "bijoux de diamants", rompt avec l'austérité ambiante.... L'initiatives est pourtant osée et risque de choquer. Tout est alors savamment mis en scène par la créatrice désireuse de fêter le "beau".

Les joyaux trônent entre des colonnes de marbre noir et sur des mannequins de cire maquillés pour l'occasion et protégés dans des vitrines. Les visiteurs venus en nombre déambulent sous le lustre de cristal blanc, de quartz rose et d'amétysthes. La vente sera un succès. Certaines pièces, parmi les plus importantes seront achetées dès le premier jour. D'autres eront démontées et renvoyées à Londres, leur point de départ, à la demande des joaillers de la place Vendôme peu disposés à voir la stylite marcher sur leur plates-bandes.

COCO CHANEL 3

 

LE COLLIER SOLEIL PASTEL

Comment ne pas être sensible aux mille feux lancés par ce collier tout en or rosé et pierres précieuses ?

Loin de l'aspect glacé et lunaire de diamant, associé à du platine par gabrielle Chanel lors de l'exposition de 1932, il y a aussi l'or jaune , si solaire qu'elle appréciait tout autant. Née sous le signe du lion, elle se sentait toujours liée à cet astre rayonnant. Elle aimait le sublimer de pierres précieuses, hautes en couleur, et de perles. Cela lui rappelait l'art bizantin qu'elle avait découvert, notamment lors d'une visite au mausolée de Galla Placidia, à ravenne, en Italie.

Le collier Soleil Pastel éblouit par son coeur de saphir rose, cerné de perles, et prolongé de rayons en or, seris de grenats, tourmalines et diamants incrustés.

COCO CHANEL4

 

LE COLLIER COSMOS

Un collier tout en finesse. Diamants et or blanc façonnent délicatement ce bijou galactique...

Dans les années 1920, lorsque Gabrielle Chanel se lance dans le bijou et installe un atelier dédié, elle veut qu'il soit "fantaisie". la crise de 1929 change la donne, défaisant les fortunes d'hier. Pour la couturière,  "renaît un désir instinctif d'authenticité", certes à contre-courant. Le collier Cosmos, nouvelle variation du thème des étoiles, se distingue comme toutes les pièces exposées en 1932, par la finese de son serti, ni fermoir, ni monture apparentes. "L'élégance c'est traquer le trop" disait-elle. mais simplifier n'est pas dépouillement. Coco fait donc venir de Londres toute une pluie de pierres précieuses, blanches comme le platine qui leur sert d'écrin, une extravagence qu'elle seule se permet au lendemain du krach.

"Si j'ai choisi le diamant, c'est parce qu'il représente avec sa densité, la valeur la plus grande sous le plus petit volume. Et je me suis servie de mon goût de ce qui brille pour tenter de concilier, par la parure, l'élégance et la mode". Tout est dit....

COCO CHANEL 5

 

LA BROCHE ETOILE FILANTE

Etincelante. Un joyau revisité par le designer allemand Ingo Maurer.

"J'ai voulu couvrir les femmes de constellations ; des étoiles! Des étoils de toutes les dimensions pour étinceler dans les chevelures, des franges, des croissants de lune". C''est avec ces mots que Mademoiselle présente en 1932 a première collection de haute joaillerie placée sous le signe de la cosmogonie. Le motif de l'étoile ne l'a jamais quittée. Il est là, dans l'abbaye corrézienne d'Aubazine, où elle grandit. Il réapparaît plus tard en décoration de sa villaLa Pausa, à Roquebrune. Et quelle meilleure pierre que le diamant pour représenter cette star, "si seyante et éternellement moderne".

Cette broche, montée sur or blanc, s'anime en son coeur d'une gemme étincelante.

COCO CHANEL 6

 

LA BROCHE CELESTE

Lumineuse. C'est un véritable unives que nous offre ce petit monde à part constitué de diamants et de perles.

Les matières précieuses représentent de la plus belle manière le soleil et les planètes du ystème solaire reproduit ici avec la broche "Céleste" en or blanc de 18 carats. Une perle de culture baroque d'Australie, trois autres d'Indonésie et quinze du Japon gravitent autour de 881 diamants en brillants, 24 autres en taille baguette.

Ces perles des mers du Sud, caractérisées par une nacre épaise et un lustre satiné unique, étaient prisées par la créatrice qui savait associer sans pareil les teintes blanchezs, argentées et or.

COCO CHANEL 7

 

LE BRACELET DE TOURMALINES

Rayonnant. Des couleurs acidulées obtenues grâce aux multiples facettes de la tourmaline.

Byzantin : c'est ainsi que Coco Chanel résumait le style de ses créations, à la fois raffiné et baroque. Le résultat, sans doute, de sa recherche permanente entre le vrai et le faux, le précieux et la pacotille, le froid et le chaud. En témoigne ce bracelet déssiné par Mademoiselle vers 1934.

Il est composé de 50 pierres de couleur, enchâssées dans trois rangs d'or labé, dont elle devait commander une version fantaisie à l'orfèvre français Robert Goossens rencontré en 1953. La vedette est ici la tourmaline, cette pierre fine qui, selon sa composition, se montre verte, bleue, rouge, brune, noire ou jaune.

COCO CHANEL8

 

"C'est parce que mes robes changent que mes bijoux se transforment" disait Coco Chanel....